Accueil

Le malaise Twitter au coeur de l’actualité, même un peu trop

twitter

Twitter au coeur des polémiques

Disons le d’emblée, il ne sera pas question de politique ni de justice dans ce billet mais de sidération à propos du déluge Twitter sur certains événements de l’actualité.

Car il y a eu de la sidération à lire toute cette actualité, puisque Twitter a été le live blogging le plus à même de répercuter l’information à la seconde près. Un envahissant média, si l’on en juge par la réaction de la juge américaine qui lors de l’audience décidant ou non de l’incarcération du prévenu, a interdit au bout de quelques minutes de twitter aux journalistes, ce qu’évidemment ils n’ont pas fait. Un média essentiel, si là on observe ce qui s’est passé durant le printemps arabe, poussant à l’action des centaines de personnes et informant le monde entier des événements.

Ainsi aux alentours de 18h, heure française, des milliers d’abonnés ont suivi le fil le plus brûlant du jour. Idem pour les télés, les radios, les rédactions qui ont toutes suivies l’affaire via le réseau de micro-blogging, qui avait déjà permis d’annoncer l’arrestation même de Dominique Strauss Kahn.

Dans le cas des révolutions arabes, l’usage des réseaux sociaux a été intense. A y regarder de près et c’est le Guardian qui nous l’apprenait récemment, un peu moins de 15 000 personnes twittaient au Yemen, en Tunisie et en Egypte au moment des révolutions de printemps.

Avec 300 millions de comptes dans le monde, Twitter peine pourtant à décoller en France, avec ses 2,5 millions d’abonnés. Qu’importe, ce réseau veut se positionner comme réseau d’informations, où l’on suit les news mais où l’on en donne aussi, puisque chacun peut être au cœur de l’actualité en tant que témoin privilégié.

Chacun, dans l’affaire DSK a soudain voulu voir ce qu’il en est, un phénomène de meute suffisamment malsain pour que soudain, on ait eu envie de stopper le fil Twitter.

Mais les tweets tombent à une vitesse vertigineuse. Humour quelquefois limite, passion de l’info en temps réel, chacun est soudainement arrivé à suivre plus vite que beaucoup de journalistes sur place ce qui se passait. Beaucoup ont outrepassé des limites de bienséance et d’usage d’un réseau social.

Sans recul, sans grille d’analyse, sans réflexion, l’amplification prodigieuse de l’info en live est un phénomène à prendre désormais obligatoirement en compte.

Les furieux de réseaux sociaux s’en réjouiront. Ceux ayant un temps de réflexion sur ce domaine s’arrêteront pour y réfléchir.

Car la boite de Pandore qui s’ouvre désormais laisse libre cours à n’importe quelle info, donnée par n’importe qui.

| |

Articles similaires

Commentaire

  1. Par Red-Act
    08.06.2011

    Twitter propose de refaire le monde en 140 signes. Au-delà des exercices de styles, on imagine ce que peut-être l’information réduite en 140 lettres et chiffres. Reprise, pardon, retweetée en quelques secondes le gazouilli devient rumeur, pire… tendance.

    Une chose est sûr, et bien avant le fond, twitter est un outil. Qu’il puisse servir des minorités agissantes est évident, qu’il s’agisse de révolutionnaires parfumés au Jasmin, de geek en mal d’immédiateté l’est tout aussi.

    Au-delà, l’affaire DSK prouve qu’avec twitter, nous sommes passés de l’époque de l’information à celle de l’info-réalité, cousine émotionnelle de la tv-réalité.

Laisser un commentaire

*