Accueil

Le SEO en 2013, quelles places pour le référenceur et le community manager ?

seoComme chaque année, nous avons droit au festival d’articles prêchant la mort du SEO. Rien de surprenant lorsqu’on connaît les humeurs tumultueuses de Google, et surtout son même goût, à l’instar d’Apple, pour les animaux.

Quel avenir pour le SEO ?

Trêve de plaisanteries, on sait tous que le SEO est la genèse de notre monde 2.0, et l’on sait aussi que les cartes sont redistribuées dans le rôle de beaucoup d’entre nous vis à vis des évolutions techniques. Les temps changent, les gens aussi, le SEO en fait partie ; donc fini les méthodes sans scrupules de sur optimisation.

Toute une définition du SEO à redéfinir, à repenser, à ressentir donc. Je vous invite d’ailleurs à lire cet article très intéressant sur ce propos.

 

seoLe monde selon Google

Inutile de revenir sur les changements effectués par la firme de Mountain View, le contenu est désormais roi et rien n’y personne ne pourra changer quelque chose.

La stratégie de contenu est donc de mise si l’on veut que son site ait un minimum de visibilité. Notre meilleur allié désormais s’appelle Google+.

Et oui, le monde gravite autour de Google, au point où l’on ne parlerait même plus de SEO mais de GEO (Google Engine Optimization). D’ailleurs un grand merci à Vince pour son billet à ce sujet.

Pour le moteur de recherches, il est d’usage qu’il y ait de l’interaction entre les sites ou même que des articles au sein d’un blog soient liés, ce qui montre de la qualité des auteurs du site. Et comme Eric Schmidt aime particulièrement ses utilisateurs, ces derniers se voient au centre de toute préoccupations pour que leur expérience soit la meilleure possible comme la recherche locale et, surtout, personnalisée.

Un autre exemple ? Le navigateur Chrome qui introduit nativement la navigation en SSL ce qui engendre un magnifique « not provided » dans les résultats Google Analytics. Mauvaise langue ? Jamais.

 

Vers une fusion du référenceur et community managerseo

Le titre est sans doute un brin provocateur, mais casse la tienne, peur de rien. Le référenceur et community manager ont tous les deux besoin de l’un et l’autre.

D’un côté, le référenceur dispose des capacités et savoir-faire techniques, et de l’autre on a un community manager qui est plus orienté contenu, e-marketing et animation de communauté.

Toutefois, afin que le contenu soit référencé, il faut en connaître les fondamentaux. À l’inverse, savoir référencer est merveilleux mais dans un contexte de guerre de contenu 2.0, il est nécessaire d’apprendre les techniques rédactionnelles du web.  Nos deux corps de métiers ont donc besoin l’un et l’autre d’apprendre un peu plus sur ces métiers.

Et comme si cela ne suffisait pas, une dose de sociale vient s’ajouter dans les enjeux puisque Monsieur G « conseille » d’introduire la norme Author Rank dans le code. Un gros effort est à fournir, avec une pensée plus humaine, moins technique, dans un but d’un référencement plus social.

Sémantique 1 – Technique 0. Du SEO à la sauce sociale comme on peut le voir, avec notamment l’importance de la fonction Google +1. D’un côté, c’est très encourageant pour les auteurs d’articles qui voient leur notoriété augmenter.

Mais quand on y voit un peu plus loin, n’est-ce pas une volonté d’écraser sa suprématie de la part de Google ? Surtout quand on sait que Bing gratte légèrement du terrain ou que Yahoo augure une renaissance

Le community manager et référenceur vont sans doute muter dans un nouveau métier ; et si ce n’est pas pour cette année, ce sera sans doute pour l’année prochaine.

Présages de changements significatifs…Comme chaque année.

 

seoQuelle est la suite…Des événements ?

Une renaissance du SEO, tout simplement, comme chaque année. La différence est que cette année sera plus « sociale » avec le Facebook Graph qui demeure lui-même un moteur de recherche, à sa manière.

L’inbound marketing prendra alors ton son sens, et c’est tant mieux ! À l’heure actuelle, il serait iconoclaste de penser que le trafic passe sur un seul vecteur.

Les community managers et référenceurs ont donc de longue heures de travail de réflexions devant eux pour trouver la « formule miracle » au niveau de leurs compétences propres, sans se chevaucher brutalement. Les réseaux sociaux ne vont pas tuer le SEO, ils sont juste complémentaires.

Mon regard se dirige vers le SSO (Social Search Optimization) qui se développe de jour en jour…

 

La question est de savoir comment les agences vont se structurer avec ce changement de métiers… Un avis ?

| | | | | | |

Articles similaires

Commentaires

  1. Par Cédric
    12.02.2013

    Très intéressant cet article, même si on va certainement un peu loin en parlant de fusion du référenceur et community manager. En ce qui me concerne, je vois passer de plus en plus d’offres d’emploi pour le poste de webredacteur ou e-redacteur … une mission à cheval entre le SEO et le CM. Je pense que les agences comme les grandes entreprises vont devoir se tourner rapidement vers ce type de profils pour assouvir le besoin grandissant de contenu.

    Les « littéraires » (même si c’est un bien grand mot) finiront peut-être par avoir leur revanche sur les ingénieurs ;)

  2. 20.02.2013

    Pour rebondir sur ce que Cédric dit, il y a effectivement de plus en plus de « pôle rédactionnels » dans les agences web. Toutfefois, de là à penser à une fusion du métier de SEo et de CM, je n’y croit pas : d’une part il est difficile d’être bon dans plusieurs domaines aussi exigeants que le SEO et le CM, d’autre part, la force de frappe conjointe permet également une forme de recul que l’on ne peut avoir seul. Je crois au travail d’équipe, pas à l’expert web omniscient.

  3. Par Emilien
    21.02.2013

    Bonjour Cédric et incomabord,

    tout d’abord merci pour votre contribution qui fait avancer le débat sur ce sujet si intéressant au demeurant. Nous sommes d’accord que le travail d’équipe est efficace lorsque chacun est expert dans son domaine, c’est indéniable. Toutefois, après quelques observations, force est de constater que l’on demande de plus en plus de polyvalences de la part des deux métiers en question. C’est la raison pour laquelle je me suis avancé en affirmant cette mutation de l’un et l’autre. Peut-être que je suis dans l’erreur, peut-être pas, le reste appartient à l’Histoire :) .

Laisser un commentaire

*