Accueil

CES 2014 : annonce d’un monde toujours plus connecté et intelligent

CES 2014

Une nouvelle définition de la relation homme-machine avec le CES 2014

Le CES (Consumer Electronics Show) édition 2014 s’est tenu à Las Vegas du 07 au 10 janvier. Ce rendez-vous incontournable des annonces high-tech a été placé sous l’inter connectivité et l’intelligence des objets. Cette édition a connu un record de trafic tant par le nombre de visiteurs que par le nombre d’exposants.

Bien évidemment, ce salon a mis en avant le produit technologique le plus vulgarisé, à savoir la télévision.

Entre l’écran incurvé et l’affichage en 4K, soit 4 fois plus de pixels que la HD, la tendance se veut de proposer une immersion au consommateur. Le domaine sonore n’est pas en reste puisque la HD ne concerne pas uniquement l’image. Cette qualité supérieure nécessite bien sûr de disposer d’un débit suffisant pour pouvoir véhiculer le contenu : la fibre optique et la 4G se veulent comme le levier imparable pour répondre à ce besoin. Ce sont avant tout les services tels que Netflix qui vont en profiter puisqu’aussitôt les annonces faites par les constructeurs de télévisions, le fournisseur de contenus multimédias a annoncé proposer les vidéos en 4K. Dans un contexte où le consommateur fuit petit à petit la télévision au profit des plateformes web telles que YouTube, l’opération séduction de la part des constructeurs est d’une grande importance. Ergonomie, services, connectivités, les télévisions ne se limitent plus à la simple vitrine de prouesses techniques (comme la stéréoscopie) dans le seul but d’afficher une image nette : les annonceurs l’ont bien compris, sachant d’autant plus que 2014 est l’année de la coupe du monde du Brésil.

La tendance du wearable computing (comprenez les accessoires que vous portez comme les montres et bracelets) se concrétise avec de nouvelles smartwatches ou encore les bracelets connectés accompagnés des lunettes. Pratique et utile pour le consommateur dans le cadre de la m-santé et le fitness par exemple, c’est également et surtout pour les marques que cette connectivité va servir : Big Data nous voilà. Les regards se sont portés vers les lunettes à réalité augmentée signées Occulus Rift afin de proposer une immersion à l’utilisateur. Cette immersion pourra se prolonger par une présence omnipotente sur les réseaux sociaux. Ainsi, les partages d’expériences n’auront jamais été aussi réalistes. Là encore, les annonceurs peuvent s’en réjouir. D’ailleurs, l’on se pose la question quant au succès que pourrait rencontrer Google avec ses très attendus Google Glass. Le quantified self a du bon et se présente comme la nouvelle valeur marchande du moment.

Le domaine de l’automobile n’a pas été oublié car les voitures de demain seront également connectées. La simple connectivité Bluetooth ou GPS connaîtra un prolongement avec la création de données venant de l’utilisateur via son smartphone. Ainsi, l’intelligence artificielle et l’assistance présentée par Audi dessinent ce que va devenir la norme pour les véhicules à venir. Le système Android s’y invite également laissant présager l’utilisation des applications directement depuis un écran tactile intégré dans l’habitacle. Par ailleurs, Apple a également dans les cartons le projet d’un iOS spécial voiture. Tracking et notion de services pourront alors connaître leur heure de gloire au profit de l’utilisateur.

L’année 2013 a marqué les débuts de l’impression 3D, 2014 en sera l’accès à un public plus large. Tout un écosystème est donc à prévoir et à construire, de formidables opportunités de créativité sont à saisir. La création originale qui a suscité la curiosité durant le salon a été l’impression d’un bonbon savoureux tant en le regardant qu’en le dégustant : le sucre remplace tout simplement le plastique. Des élans de créativité en perspective donc qui réjouira bon nombre d’entre nous. L’autre surprise a été Edison, un ordinateur miniaturisé sous la forme d’une carte SD signée Intel. Les ordinateurs hybrides commencent à se faire connaître avec un accueil positif de la part du grand public. Pour la partie mobile, le système modulaire proposé par Dave Hakkens et son Phonebloks semble avoir inspiré la marque ZTE après avoir séduit Motorola auparavant. Un début de prise de conscience d’un autre mode de consommation ?

La domotique, domaine qui passionne un nombre toujours plus important de consommateurs, a également été à l’honneur dans cette édition du CES 2014. Le corps est demandé à contribution pour des actions bien précises, la relation homme-machine se voit évoluer vers quelque chose de plus naturel. Parallèlement, les drones prévus pour cette année ne manqueront pas d’assister l’utilisateur : faire le ménage, porter des objets ou les livrer, simple divertissement en commandant par le smartphone… Autant de possibilités qui s’offrent aux constructeurs qu’aux plus geeks d’entre nous. Le Jumping Sumo de Parrot (Cocorico) montre bien les prémices d’un potentiel technique jusque-là à peine exploité pour le grand public. La domotique est apparemment un univers très tendance qui passionne et attise toutes les convoitises, pour preuve : même Google s’y intéresse suite à son acquisition de Nest. Plus de données, plus de facilités de ciblage dans les habitudes des personnes au quotidien avec la RTB (Real Time Bidding).

La relation homme-machine, nous voilà au cœur du débat. Nous assistons actuellement non pas à une révolution mais à une évolution du tout connecté. L’ère de « l’après PC » est déjà en gestation au profit du tout dématérialisé, omni connecté. Tout devient écran et le moteur à cette dynamique est la donnée personnelle fournie par l’utilisateur. Trop c’est trop ? A en croire les habitudes de chacun, on laisse à croire que les données laissées volontairement sur le web ne pose pas sérieusement de problèmes, bien que des scandales aient éclaté. Non, le véritable débat n’est pas l’hyper connectivité mais bien la relation qu’entretient l’Homme avec la Machine. En pleine métamorphose, elle est sujette à déléguer des tâches quotidiennes au dernier en y intégrant une chose, et non pas des moindres : l’intelligence. Cette relation homme-machine devient alors naturellement intuitive et ce depuis plusieurs années. Loin de là l’idée de dresser le tableau d’un monde post apocalyptique à la façon Skynet, mais il est remarquable de constater que l’évolution décrite est flagrante. La machine devenant plus humain, et pourquoi pas l’inverse.

 

 

Actualité traitée by Digital Trends – Agence digitale actweb

Articles similaires

Commentaires

  1. 15.01.2014

    Je ne suis pas certains que « connecté » veuille dire forcément « plus intelligent ». Plus spamé, plus fliqué, plus devant un écran c’est certain….mais plus intelligent ?? Après si intelligence est au sens de l’information collectée qui sera plus importante (le volume du big data), je pense que le volume produira un effet inverse : peu d’informations en regard du volume collecté permettront des actions pertinentes vers le consommateurs et qui seront bien accepté par lui. Les autres lui paraitrons de plus en plus intrusives, le rejet, ou il ne les pervevra même pas, l’indiférence. Pour en discuter…..

  2. 17.01.2014

    Bonjour,
    Je vous lis avec intérêt pour les indéniables progrès que certaines innovations peuvent apporter.
    Mais, permettez au juriste que je demeure de s’interroger sur les usages qui peuvent intervenir. Sont-ce les objets ou non qui seront de plus en plus connectés ?
    Un exemple d »utilisation critique.
    Dans une enquête, les policiers pourront tirer toutes conséquences utiles de votre présence ou de votre absence à domicile.
    Ainsi que des gens malveillants qui pourront accéder aux informations de connexion…
    Vive l’enquête 2.5

    Bien cordialement
    JPP

  3. Par Community Manager
    20.01.2014

    Bonjour Jean-Pierre Poussin,

    Merci pour votre intervention intéressante d’autant plus que vous nous faites part d’un point de vue qui se complète avec notre vision par votre position de juriste. Les objets connectés sont incontestablement la tendance de cette année 2014. Toutefois, et vous avez eu raison de le souligner, la sécurité de ces appareils est encore en débat. Par ailleurs, pas plus tard que le weekend qui vient de se terminer, il a été détecté un certain nombre de logiciels malveillants pour ce type de devices. Maintenant, faut-il entrer dans une certaine psychose sécuritaire, je ne pense pas, il suffit d’être vigilant.

  4. Par Community Manager
    20.01.2014

    Bonjour Thierry,

    Tout d’abord je vous remercie pour votre commentaire qui est évidemment très intéressant. Lorsque l’on parle d’intelligence concernant les produits technologiques, cela signifient qu’ils dépassent leur rôle initial. Pensez aux télévisions connectées ou même aux téléphones ! L’intelligence ici, c’est également la situation dans laquelle nos outils anticipent et accompagnent nos besoins. Après, et je pense que vous aurez compris le sous-entendu de cet article en vue de l’image qui l’accompagne, l’intelligence n’est pas synonyme de bien-être, mais elle pourrait le devenir

Laisser un commentaire

*