Accueil

La tendance continue en 2013 pour le SoLoMo

solomo

Le SoLoMo pour tous

Phénomène déjà annoncé depuis plusieurs années, le SoLoMo tend à se développer, voire même à entrer dans les comportements des consommateurs. Toutefois, bien que cette tendance apporte un réel bénéfice, son concept est quant à lui une belle nébuleuse.

 

solomoExpérience utilisateur, où es-tu ?

À l’heure de l’utilisation de plus en plus intense du Smartphone, la tendance est à la consommation façon cross canal. L’utilisateur est mis sur un piédestal où toutes les attentions pour lui faciliter l’achat sont de mises. Plus de temps passé sur son Smartphone, et donc des requêtes géo localisées, on sent tout de suite l’enjeu pour les boutiques physiques de se référencer sur les différents moteurs de recherche.

Plusieurs études indiquent que les consommateurs sont toujours plus nombreux à utiliser leur Smartphone en magasin avant de passer à l’acte d’achat. Les motifs ? Autre qu’appeler ou envoyer des mots doux par SMS, c’est avant tout pour consulter les avis sur le produit visé ou même encore, comparer les prix avec d’autres fournisseurs.

Entrerions nous dans une phase de Social shopping ? Clairement oui. Les marques ont alors tout intérêt à personnaliser leurs offres selon le profil du consommateur, et remercions les acteurs tels que Facebook pour nous fournir des données en lingots d’or. Alléluia.

Intrusif vous dites ? Quoiqu’il en soit, c’est l’utilisateur lui-même qui intègre ses informations dans ses profils. A l’inverse, il est vrai que les réseaux sociaux (non je ne vise pas Mark directement) manquent parfois de transparence quant à l’utilisation de ses données. Mais là est un autre sujet.

L’enjeu est donc de rassurer ces utilisateurs sur l’utilisation géo localisée de leur Smartphone. L’avantage d’une pratique en SoLoMo (quel beau mot doux à l’oreille) est la possibilité d’avoir des retours quantifiables pour la marque.

Sur la vague du Social gifting, les boutiques doivent donc saisir cette opportunité pour gagner en visibilité. Offrez un cadeau à votre ami, ce dernier recevra une notification sur son Smartphone lui informant la bonne nouvelle et le lieu de retrait du produit. L’expérience a déjà été produite avec Thank you Charlie, les résultats sont satisfaisants pour les commerçant participants. Ici il n’est pas question de chercher du trafic mais de la visibilité, et notamment via le bouche à oreilles.

Un contenu cross canal à manier avec précision, donnant envie d’employer le partage social.

 

Le bonheur est local

C’est bien connu, le bonheur est à portée de mains. Il est d’autant plus vrai qu’au niveau référencement, les moteurs de recherche privilégient les résultats locaux puis nationaux. En clair, la boutique du coin sera plus visible que celle en nationale.

Pour cela, il n’y a pas de secret : intégrer toutes les informations de son entreprise avec Google Adresses. Puisque l’on est social et local, utiliser Google+ ne fera pas de mal, bien au contraire ! Cela va sans dire la nécessité d’y intégrer aussi toutes les informations dans le profil, comme du contenu.

Comme dit dans notre article sur l’avenir du SEO, le référencement sera social, que ce soit en format classique ou mobile. La guerre sera très rude avec un Google+ en voie d’ascension et un Facebook Graph affichant une belle promesse de visibilité.

Concrètement, à quoi l’on aimerait s’attendre ? Vous êtes dans la rue, passez à côté d’une boutique. Soudain, votre Smartphone vibre vous affichant une notification push avec une réduction ou offre spéciale du magasin en question. Merci la géolocalisation et le couponing local. Maintenant, vous entrez dans la boutique, et vous utilisez votre mobile comme beaucoup de personnes. Votre expérience dans le magasin sera de connaître l’avis des consommateurs ayant déjà acheté le produit que vous visez. À titre d’exemple, c’est le cas de la FNAC avec son application. Information importante : le panier moyen du consommateur cross canal est en moyenne légèrement supérieur. Vous sortez du magasin, et décidez de vous balader et découvrir certains endroits de votre ville jusqu’alors méconnus. La réalité augmentée vous donne alors toutes les informations sur les lieux et monuments où vous êtes. En prime, vous avez des avis et conseils venant d’autres utilisateurs sur ces lieux. Une aubaine pour le tourisme local donc.

Mais, après cette situation sympathique, il existe une ombre au tableau. Commençons par le coût qui est trop important pour un commerce local. Les boutiques ne trouvent pas pour le moment un intérêt à cette technologie par rapport au coût d’investissement.

Autre frein, l’utilisateur doit accepter la géolocalisation. Mais s’il n’en trouve pas l’intérêt, c’est qu’un besoin d’être rassuré sur cette technologie est clairement probant.

L’application SoLoMo parfaite serait, selon moi, développée avec un onglet online, et un autre pour le local. Malheureusement, le problème de stockage de données se fera vite sentir.

 


solomoUne tendance à redéfinir

SoLoMo, un terme qui veut tout…et rien dire. L’absence de concept est clairement perceptible, bien que la racine soit de placer l’utilisateur au centre pour lui faire vivre une expérience. Avec les technologies qu’on connaît, la réalité augmentée devrait s’intégrer dans la composante du SoLoMo.

Les annonceurs locaux doivent avoir la possibilité de s’afficher sur les terminaux mobiles, à condition qu’ils en trouvent un intérêt. Google Enhanced offre ce levier dans son offre multicanal sur mobile et tablette.

Vu que des images sont plus parlantes que des mots, un réflexe à adopter est d’incorporer des photos de l’intérieur de sa boutique afin de susciter l’envie au mobinaute.

La démocratisation du NFC ouvrira la voie au paiement sans contact. High tech quand tu nous tiens. Le SoLoMo devient un canal de vente à lui seul, et la notion d’échanges y est primordiale. De plus, on assiste à une mutation du magasin virtuel au magasin physique, sonnant un avènement du commerce omniprésent.

Avec toutes les informations d’avantage affinées sur les consommateurs, n’arriverons-nous pas à un point de saturation de transfert ? La 4G s’annonce alors comme le messie.

 

Actualité traitée by Digital Trends – Agence digitale actweb

| | |

Articles similaires

Laisser un commentaire

*